Texte à méditer...  Je ne savais pas que c'était si simple de faire son devoir quand on est en danger !  Jean Moulin
Le Mémorial

Fermer Historique

Fermer Manifestations 2016

Fermer Manifestations 2015

Fermer Manifestations 2014

Fermer Manifestations 2013

Fermer Manifestations 2012

Fermer Manifestations du 27 mai 2011

Fermer Manifestations du 27 mai 2010

Fermer Manifestations du 27 mai 2009

Fermer Hommages du Mémorial

Jean Moulin

Fermer Biographie

Fermer Ses Compagnons

Fermer Dossiers

Fermer Témoignages

Fermer Bibliographie

Fermer Hommages à Jean Moulin

Manifestations 2012 - Journées de commémoration
26 et 27 mai 2012

70ème anniversaire du parachutage en Provence de Jean Moulin


Les 26 et 27 mai 2012, le Comité régional du Mémorial Jean-Moulin et les communes d'Eygalières et St-Andiol ont commémoré le parachutage de Jean Moulin en Provence, sous le haut patronage de M. le ministre de la Défense et sous l’égide de la Fondation de la Résistance.


Le samedi 26 mai 2012

Dès 9 h, à Eygalières (à proximité de « la Lèque » - le mazet de Jean Moulin au pied des Alpilles), la journée a commencé par une reconstitution publique du parachutage, par l'équipe de France militaire de parachutisme.



Équipe de France militaire de parachutisme
photo Olivier PLAT

photo Gilbert BENOIT


Elle s'est poursuivie, à 9 h 30, par une course à pied sur la Route Jean-Moulin, chemin de la Liberté qui a conduit plus de 200 participants d’Eygalières à Saint-Andiol via Mollégès, empruntant symboliquement le chemin qu’eut à parcourir Jean Moulin le 3 janvier 1942 au matin pour rentrer dans sa famille à Saint-Andiol.


À 11 h 30, au cœur du village de Saint-Andiol, a été inaugurée l'imposante fresque Jean-Moulin en présence de nombreuses personnalités et des drapeaux.



Photo Gilbert BENOIT

Photo Gilbert BENOIT

L’après-midi, au château de Saint-Andiol, une série de conférences publiques nous ont permis d'en apprendre plus sur le parachutage du 2 janvier 42, les débuts de la mission Rex et l’année 1942. Ces conférences ont été animées par d’anciens résistants dont Pierre Morel (président du Comité d'action de la Résistance) et plusieurs historiens, Christine Levisse-Touzé, Jean-Marie Guillon, Robert Menchérini et le capitaine Christian Brun. La librairie cavaillonaise, "Le Lézard amoureux" a présenté des ouvrages que les auteurs présents ont dédicacés.


Parallèlement, de 10 h à 18 h, au château de St-Andiol, le nombreux public a pu parcourir une très intéressante exposition Jean Moulin ainsi qu'une exposition de postes de radio émetteurs et récepteurs d’époque.


Les témoins et les acteurs de cette période sont de moins en moins nombreux et pour faire vivre le travail de mémoire, des passionnés d’Histoire et de radio ont décidé d'honorer la mémoire de celles et ceux qui se sont courageusement opposés à l’envahisseur et au gouvernement de Vichy.

Ces passionnés, des radioamateurs membres de l’association ERRA (Esprit de la Résistance en Rhône Alpes), nous ont présenté des matériels de transmission utilisés par les opérateurs radio clandestins dont des valises radio anglaises, proches de celle qui fut parachutée dans les Alpilles avec Jean Moulin, Raymond Fassin et Hervé Monjaret le 2 janvier 1942.

Cinq valises ont été exposées - les modèles les plus utilisés par les radios des services secrets de la France libre (BCRA) - ainsi que plusieurs petits récepteurs clandestins.

Ils ont réalisé également des liaisons radio sur les bandes radioamateurs avec du matériel d’époque (valises anglaises de type 3MK II, dite "B2") qu'ils maintiennent en état de marche. Ces liaisons ont été réalisées sous l'indicatif TM3FFI, spécialement accordé par l'administration pour ces manifestations.


Consultez cet intéressant document rédigé par cette association sur les opérateurs radio clandestins de 1940 à 1944.




Le dimanche 27 mai 2012

Public et drapeaux furent nombreux à 10h30 au monument-mémorial de Salon-de-Provence pour le 69ème anniversaire de la 1ère réunion du Conseil national de la Résistance présidé par Jean Moulin.


Nous avons le plaisir de pouvoir publier ici le discours de Pierre Morel.



Photo Gilbert BENOIT

Photo Gilbert BENOIT

Le Comité régional du Mémorial Jean-Moulin, organisateur de ces journées avec les associations d’anciens résistants et déportés et leurs fondations (de la Résistance, de la France libre, la Fondation pour la Mémoire de la déportation), le Comité d’action de la Résistance, Mémoire et Espoirs de la Résistance, les communes Eygalières, Saint-Andiol, Mollégès et Salon-de-Provence, les Écoles de l’air et la base aérienne 701 de Salon-de-Provence, avait reçu le soutien de l’ONACVG 13, du Conseil général des Bouches-du-Rhône, de la Région PACA, du musée Gal Leclerc et de la Libération de Paris et musée Jean-Moulin (Ville de Paris) et de la Fédération des musées de la Résistance nationale.


En janvier 1967 déjà, en présence de Laure Moulin et Hervé Monjaret, le comité Jean-Moulin d’Arles et les parachutistes de la base de Salon avaient organisé une reconstitution du parachutage.


Un saut historique. Le 2 janvier 1942, c’est nuit de pleine lune. Entre 3 et 5 h du matin, au-dessus des Alpilles, quatre parachutes s’ouvrent et se posent quelque part dans les marais des Baux, entre Fontvieille et Mouriès. Trois hommes et un poste de radio viennent de quitter la trappe aménagée dans la carlingue d’un bombardier Whitley de la Royal Air Force. La nuit est glaciale, le mistral, fort. Parti des environs de Londres au soir du 1er janvier, le préfet Jean Moulin, rallié à la France libre, révoqué par Vichy, vient de retrouver clandestinement le sol de Provence, alors encore en zone non occupée.

Il est accompagné de deux hommes très tôt ralliés à la France libre, Raymond Fassin, son officier d’opérations, et Hervé Monjaret, son « radio » - flanqué de son poste émetteur (le 4ème parachute). Personne au sol pour les accueillir, l’opération doit rester secrète. Dans quelques semaines, va débuter la mission « Rex », et vont s’enchaîner les heures sombres, difficiles, dangereuses et harassantes pour convaincre les mouvements de résistance d’unir leurs forces (les « M.U.R .» verront le jour moins d’un an plus tard, en janvier 1943) et de se rallier au général de Gaulle. Ensuite, non sans heurts et difficultés, ce seront les anciens partis politiques et syndicats que Moulin réussira à amener à la même table que les résistants : ainsi sera créé, toujours clandestinement, le « Conseil national de la Résistance », qui siègera pour la première fois à Paris le 27 mai 1943, et consacrera de Gaulle comme seul chef de la France en guerre.



Date de création : 02/12/2011 - 11:26
Dernière modification : 06/06/2012 - 20:40
Catégorie : Manifestations 2012
Page lue 7325 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche



Webmestre - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Top