Texte à méditer...  Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.  René Char
Le Mémorial

Fermer Historique

Fermer Manifestations 2017

Fermer Manifestations 2016

Fermer Manifestations 2015

Fermer Manifestations 2014

Fermer Manifestations 2013

Fermer Manifestations 2012

Fermer Manifestations du 27 mai 2011

Fermer Manifestations du 27 mai 2010

Fermer Manifestations du 27 mai 2009

Fermer Hommages du Mémorial

Jean Moulin

Fermer Biographie

Fermer Ses Compagnons

Fermer Dossiers

Fermer Témoignages

Fermer Bibliographie

Fermer Hommages à Jean Moulin

Manifestations 2013 - Cérémonie du 27 mai 2013

Le 27 mai 2013 à 21h, en présence des plus hautes autorités civiles et militaires, des associations patriotiques et de leur drapeau, de nombreux élus, de scolaires et d'un public nombreux, la Provence a honoré Jean Moulin. Une cérémonie solennelle organisée par la Ville de Salon et le Comité régional du Mémorial Jean-Moulin, avec la participation de l'armée de l'air, de la Fondation de la France libre, de l'Association nationale des Amis de Jean Moulin, et de Mémoire et Espoirs de la Résistance, l'association des Amis de la Fondation de la Résistance.


Cérémonie au Mémorial Jean Moulin à la tombée de la nuit
Photo Gilbert BENOIT


avec les drapeaux
Photo Gilbert BENOIT




Reportage d'Olivier Chartier-Delègue et de Francis Di Cesare diffusé le 28 mai sur France3 Provence-Alpes.
Interventions : Christine Levisse-Touzé directrice du musée Jean Moulin à Paris et Suzanne Escoffier cousine de Jean Moulin.



Message de Kader Arif, ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants


Il y a 70 ans, une nouvelle page de l'histoire de France s'écrivait. Dans le droit fil de l'appel lancé le 18 juin 1940 par le général De Gaulle, et sous son autorité, Jean Moulin créait le Conseil national de la Résistance.

Rassemblant les principaux mouvements de la Résistance, les partis démocratiques et deux syndicats, il permit, le 27 mai 1943, que les résistances deviennent La Résistance française.

Quelques hommes, avec des moyens dérisoires, réussirent ce qui sera l'exception française dans une Europe prise sous le joug nazi. Le mouvement se rassemble et se structure : uni, coordonné, efficace, il prépare la libération du territoire autant que l'après guerre. En visionnaire, Jean Moulin comprend que le rassemblement est un préalable indispensable à la victoire.

En cette journée du 27 mai, nous rendons hommage à l'homme exceptionnel que fut Jean Moulin. Le jeune Provençal, le fils aimant et attentionné, le préfet rigoureux et profondément attaché à la République, l’artiste talentueux et amoureux de la vie… Jean Moulin résistant était un peu de tout cela. Il fut surtout un homme d’un courage hors du commun, qui jamais ne céda, ni face à la tâche immense qui lui incombait, ni sous la torture des nazis.

Son parcours interpelle. Une enfance normale, pour un destin unique. Peut-être un moyen de s’adresser à chacun d’entre nous : qu’aurions-nous fait à sa place ? Quelles sont les valeurs qui à nos yeux méritent d’être défendues, quel qu’en soit le prix ? Quel est notre rôle de citoyens dans la société ?

70 ans après sa mort, Jean Moulin continue d’être présent dans nos esprits, et son œuvre est l’héritage de tous. Primo Levi disait : « Qui n’a pas de mémoire, n’a pas d’avenir ». A l’heure du passage de relais entre deux générations, l’une gardienne du passé, l’autre porteuse de l’avenir, Jean Moulin nous rappelle que l’histoire de France est pleine de héros qui n’ont rien à envier aux héros de cinéma. Alors continuons à honorer sa mémoire, la mémoire de la Résistance, la mémoire de la France qui sut rester debout.



Allocution de François-René CRISTIANI-FASSIN,
président du Comité régional du Mémorial Jean-Moulin


Nous venons de loin. Nous revenons de loin. Chaque jour, les anciens déportés rentrés des camps de concentration s'en souviennent dans leur chair et leurs cauchemars. Comme le savent bien aussi les résistants encore parmi nous qui ont réussi à échapper aux tenailles de la Gestapo, de la police de Vichy et du maréchal, ou de la Milice et qui, inlassablement, continuent de témoigner, jusqu'au bout de leurs forces, auprès des jeunes générations.

Car on a bien failli ne jamais se trouver réunis ce soir à célébrer le 70ème anniversaire de la 1ère réunion du Conseil national de la Résistance, sous la présidence d'un ex-plus jeune préfet de France, limogé par Vichy : Jean Moulin. En effet, le 17 juin 1940, Moulin, alors préfet de Chartres, a bien failli réussir sa tentative de suicide, obsédé qu'il était par l'idée qu'il pourrait, sous la torture, céder aux ignobles injonctions de l'envahisseur nazi. Et, plus tard, Moulin, chef clandestin de la Résistance française, a bien failli mourir dans un bête accident d'avion alors qu'en février-mars1943 il était allé voir de Gaulle à Londres.

Dans la nuit du 13 au 14 février, son départ pour l'Angleterre par un vol clandestin s'était bien passé. Ayant obtenu l'assentiment du général pour consacrer, par la création d'un Conseil de la Résistance, le retour sur le sol français, et dans la clandestinité, de l'Etat républicain, Moulin ne souhaitait pas s'attarder à Londres. Son retour devait s'opérer dès la nuit du 24 au 25 février 1943, toujours par un vol clandestin. Un voyage top secret puisqu'il était l'unique passager du squadron leader Hugh Verity aux commandes d'un Lysander, ce petit avion de la Royal Air Force qui s'est tant illustré dans ces vols clandestins de nuit. Le pilote a raconté qu'il convoyait, je cite, "un Français de quelque autorité, à en juger par son maintien ; il ne portait pourtant qu'un costume et un pardessus quelconque et un feutre".

Objectif : le terrain "Marabout", non loin de Bourges. Problème : un épais brouillard s'était levé, le pilote n'avait aucun repère au sol. Seule solution : faire

demi-tour. Mais ce retour fut plus que mouvementé, d'abord en raison du brouillard persistant puis des projecteurs ennemis sur la côte nord de la France. Pour leur échapper, le pilote - et son passager - furent contraints à une soudaine descente en vrille et il paraît que ça secoue ! Arrivés au-dessus du terrain Royal Air Force de Tangmere, non loin de Chichester, le brouillard était encore plus dense et malgré les puissants projecteurs de la base, Hugh Verity dut faire onze tentatives d'atterrissage, en descendant "aux instruments" : ou c'était "trop haut" ou "pas dans l'axe". Alors il décida que la douzième approche se conclurait par un atterrissage. Il raconte : "le Lysander tomba dans un craquement formidable, le train d'atterrissage écrasé, la queue formant un angle de 45°, tandis que l'appareil baissait le nez et n'en finissait pas de glisser ; c'est un miracle qu'il n'ait pas pris feu". Et, entre le Britannique et le Français, le plus flegmatique n'est pas celui qu'on croit. Moulin parvint à s'extraire et à sauter de l'appareil avec l'aide de Verity. Ce dernier s'excusa, dans son meilleur français, d'"un voyage désastreux", alors que son passager, écrit-il, "n'aurait pu être plus charmant et alla même jusqu'à me remercier pour un vol très agréable" !

Si je vous raconte ces journées, c'est parce que deux amis britanniques sont avec nous ce soir, Martyn Cox et Martyn Bell, ont organisé fin février au terrain de Tangmere le 70ème anniversaire de cette nuit de tous les dangers.

On sait que Moulin réussit à rentrer en France presqu'un mois plus tard, sur un terrain tout proche de Melay, en Saône-et-Loire, commune qui a également célébré le 20 mars dernier le 70ème anniversaire de ce retour réussi, et dont M. le maire Jean Claude-Ducarre nous honore de sa présence. Et c'est pourquoi plus de trois mois plus tard Moulin put présider la première réunion du CNR, réussissant à mettre d'accord 17 fortes têtes, pour poser les bases, enfin, d'un retour de l'État républicain et d'un programme qui allait avoir pour titre "Les jours heureux". En cette année 1943, très sombre et très meurtrière pour la Résistance, il fallait oser !

Nous reviendrons demain à l'Espace Charles-Trenet, devant plus de 800 collégiens et lycéens de la région, sur les acquis du CNR et aussi, hélas, à peine un mois plus tard, la tragédie de Caluire. Mais l'importance de cette journée du 27 mai, on le sait, n'a pas échappé à mon illustre prédécesseur Bernard Bermond et à ses amis résistants de toute la région PACA qui se sont battus pour l'édification en 1969 de ce beau monument, rendu encore plus formidable cette année grâce à la volonté de la Ville de Salon et de son maire.

Et je veux souligner que cette fidélité - unique parmi les villes de France - ne s'est jamais démentie : depuis 44 ans, ici même, le 27 mai et cette première réunion du CNR sont commémorés chaque année. Et, enfin, grâce aux efforts redoublés, depuis plus de vingt ans, de la plupart des associations d'anciens résistants, au premier rang desquelles l'ANACR et notre Comité régional, la loi va bientôt consacrer le 27 mai comme Journée nationale de la Résistance, ici même, comme partout en France. A une année des célébrations du 70ème anniversaire de la Libération (qui ne sera pas pour autant la fin de la guerre, on ne doit pas l'oublier), il n'était que temps. 1943-2013 : Il était même grand temps !




L'hommage de l'armée de l'air à Jean Moulin.
À 21h08, la cérémonie a été honorée par le survol de deux Mirage 2000 N de l'escadron de chasse 2/4 "Lafayette" de la base 125 d'Istres, pilotés par le lieutenant-colonel Raphaël Venot et son coéquipier, le commandant Nicolas Manscourt.
Photo Gilbert BENOIT


Le Mémorial ainsi illuminé pour la première fois
Photo Gilbert BENOIT

 


À suivre : reportage sur la journée exceptionnelle de conférences et d'expositions du 28 mai 2013.



Date de création : 30/05/2013 - 12:23
Dernière modification : 03/06/2013 - 18:31
Catégorie : Manifestations 2013
Page lue 5368 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°4 

par Dammane le 03/06/2013 - 10:07

"J'ai eu le plaisir hier de croiser M. Pierre Morel, président du Comité d'action de la Résistance, lors d'une cérémonie organisée par Mémoire et Espoirs de la Résistance au jardin du Luxembourg en hommage aux jeunes collégiens et lycéens tués, et il n'a pas manqué d'évoquer justement la belle réussite que fut la cérémonie du 27 mai 2013 à Salon.
Ce fut un plaisir que de pouvoir bien modestement y contribuer".

Charlotte Dammane, conseillère politique chargée du lien Armée-Nation et des relations avec les associations du monde combattant - Cabinet du ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants.


Réaction n°3 

par Maggi le 03/06/2013 - 10:06

"Lundi 27 mai, j’ai participé à un très bel hommage rendu au grand résistant Jean Moulin et au Conseil national de la Résistance. Nous étions plusieurs élus de la région et représentants de l’État présents au Mémorial Jean-Moulin de Salon-de-Provence pour commémorer de façon solennelle les 70 ans du Conseil national de la Résistance et de la disparition de Jean Moulin. Une page de notre Histoire à ne pas oublier et à rappeler à nos enfants ! "

Jean-Pierre Maggi, député des Bouches-du-Rhône, sur son blog


Réaction n°2 

par Melay le 03/06/2013 - 10:03

"J'ai été très ému de participer pour la première fois à votre cérémonie du 27 mai et de découvrir ce très beau monument, le Mémorial Jean-Moulin de Salon-de-Provence, magnifique symbole de la Résistance.
La journée du mardi 28 mai a été aussi particulièrement riche : témoignages, rencontres... Bravo pour l'organisation parfaite de cette rencontre impressionnante avec les centaines de jeunes présents.
Nous avons achevé le séjour par une visite à l'exposition de Saint-Andiol, "Jean Moulin, résistant et artiste provençal".
Je ne regrette pas d'avoir pris deux jours de congés pour partager avec vous ce beau moment, qui va nourrir mes réflexions".

Jean-Claude Ducarre, maire de Melay (Saône-et-Loire), président de l'ACALM, Association commémorative de l'atterrissage d'un Lysander à Melay (vol clandestin par lequel, il y a 70 ans, Jean Moulin revenait de Londres, dans la nuit du 19 au 20 mars 1943).


Réaction n°1 

par CVR le 03/06/2013 - 09:51

"Ce fut un grand plaisir pour les C.V.R. de Vaucluse de participer à la commémoration de ce lundi 27 mai à Salon. Je tiens à féliciter le Comité régional du Mémorial Jean-Moulin pour ce magnifique travail de mémoire et cette organisation de haut niveau à la hauteur de la personne de Jean Moulin et de ses actions."

Dr Jérôme RUEL, président des Combattants Volontaires de la Résistance de Vaucluse et départements limitrophes, délégué en Vaucluse de la Fondation de la Résistance.

Recherche



Webmestre - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Top