Texte à méditer...  Les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut.   Frédéric Mistral (1830-1914)
Le Mémorial

Fermer Historique

Fermer Manifestations 2016

Fermer Manifestations 2015

Fermer Manifestations 2014

Fermer Manifestations 2013

Fermer Manifestations 2012

Fermer Manifestations du 27 mai 2011

Fermer Manifestations du 27 mai 2010

Fermer Manifestations du 27 mai 2009

Fermer Hommages du Mémorial

Jean Moulin

Fermer Biographie

Fermer Ses Compagnons

Fermer Dossiers

Fermer Témoignages

Fermer Bibliographie

Fermer Hommages à Jean Moulin

Biographie - Le préfet résistant
Le Préfet Résistant.

Jean Moulin est né le 20 juin 1899 à Béziers. D’octobre 1917 à juillet 1921, il fait des études de droit à Montpellier et obtient sa licence. En parallèle, dès le 1er septembre 1917, il est attaché au cabinet du préfet de l'Hérault. Il sera nommé chef adjoint le 20 novembre 1920.

Il est mobilisé dans les Vosges du 15 avril 1918 au 1er novembre 1919. A l'issue de ses études, au début de l'année 1922, il devient chef de cabinet du préfet de la Savoie à Chambéry. En 1925, à l'âge de 26 ans, il est nommé sous-préfet à Albertville et est alors le plus jeune sous-préfet de France. En Savoie, il rencontre Pierre Cot qui deviendra un ami et aura une grande influence sur sa carrière.

En 1930 il est nommé sous-préfet à Châteaulin près de Quimper, où il côtoie un homme politique d'envergure nationale Charles Daniélou, et où il s'affirme comme un « politique » aguerri. Il est sous-chef du Cabinet du ministère des affaires étrangères en 1932, sous-préfet de Thonon puis chef de cabinet du ministère de l’Air en 1933, sous-préfet de Montargis puis secrétaire général de la préfecture de la Somme en 1934. Il est à nouveau chef du Cabinet du ministère de l’Air en 1936, poste où il participera activement au transfert d’avions au profit des républicains espagnols.

En 1937 il est préfet de l’Aveyron, plus jeune préfet de France. Après un intermède comme chef de Cabinet du ministère du Commerce, il revient en Aveyron en 1938. Il est préfet d’Eure-et-Loir en 1939. C’est là, le 17 juin 1940, au moment de l’invasion allemande, qu’il accomplira son premier geste héroïque : torturé de longues heures, il refusera de signer un protocole infamant pour l’armée française. Il est révoqué par le gouvernement de Vichy le 2 novembre 1940.

En octobre 1941 il rejoint Londres et fait au Général de Gaulle un compte-rendu précis de l’état des mouvements de résistance en zone sud. Il est parachuté le 2 janvier 1942 dans les Alpilles avec mission de rassembler ces mouvements. En janvier 1943, les MUR - Mouvements Unis de Résistance - rassemblant Combat, Franc-tireur et Libération sont constitués. Du 14 février au 20 mars 1943, il repart pour Londres d’où il revient avec une mission maintenant étendue à l’ensemble du territoire. Le 27 mai 1943 il réunit à Paris le CNR - Conseil National de la Résistance - qui rassemble huit mouvements, six partis politiques et deux syndicats.

Moins d’un mois après, le 21 juin, il est arrêté à Caluire par la Gestapo. Identifié, interrogé, torturé, il meurt probablement dans le train qui l’emmène en Allemagne. Le 19 décembre 1964, ses cendres présumées sont transférées au Panthéon.

Date de création : 03/02/2009 - 13:15
Dernière modification : 19/09/2011 - 00:19
Catégorie : Biographie
Page lue 10593 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche



Webmestre - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Top