Raymond Fassin, un Français libre
Compagnon de Jean Moulin



Les états de service officiels lui donnent la qualité de chef de mission de 1ère classe (grade correspondant : lieutenant-colonel) aux réseaux de la France combattante (FFC) - réseau « Action ». Son acte de décès sera dressé officiellement le 1er août 1946 avec la mention « Mort pour la France » - et aujourd’hui celle de « Mort en déportation ». Raymond Fassin a reçu la « King’s medal » britannique en tant que « French Air Force » en date du 9 sept. 1947, et a été promu, en août 44 pendant sa détention, sous son pseudo de Jean-René Barsac, au grade de chevalier de la Légion d’honneur, avec ce texte de citation : « Officier admirable. Après avoir accompli une mission de 18 mois en France, s’est porté Volontaire, bien que recherché par la Gestapo, pour effectuer une nouvelle mission. Depuis septembre 1943, a réussi à mettre en place les plans militaires prévus par le Commandement interallié, et contribué à l’organisation de la Résistance dans l’une des régions les plus importantes de France, où la densité des troupes allemandes et l’activité de la Gestapo sont particulièrement dangereuses ».

Le dimanche 21 juillet 1946 à 10h, en l’église Saint-Louis des Invalides et en présence de Georges Bidault, alors président du Gouvernement provisoire de la République française, a été célébrée une cérémonie funèbre à la mémoire, précise le carton d’invitation, de :
« Jean Moulin, dit Rex ou Max, 1er délégué du général de Gaulle en France, Raymond Fassin, dit SIF, premier chef opérations zone Sud, Jean Ayral, dit Pal, premier chef opérations zone Nord, Bruno Larat, dit Luc, chef opérations zone Sud et Jean Gilles, dit Jean-Marie, adjoint du premier chef opérations zone Sud - héros et pionniers de la Résistance morts pour la France ».

A Malakoff, une plaque apposée dans l’entrée du groupe Paul-Bert honore également la mémoire de Raymond Fassin. De même, il figure, pour avoir habité Vanves avant-guerre, sur la stèle érigée en « hommage aux victimes vanvéennes de la barbarie nazie ». Enfin, à Salon-de-Provence, son nom est gravé, aux côtés de ceux de Jean Moulin et Hervé Monjaret, au pied de la monumentale statue du Mémorial Jean-Moulin.



Mentions légales - Copyright François-René Cristiani-Fassin - 2010